Du coeur des mères


Témoignages

 

Pour une maman, il n’y a pas de meilleure arme que la prière pour ses enfants. Christelle (Istres, 13)

Mères en Prière a révolutionné ma vie de prière. 4 étapes importantes pour ne pas être accablée par les lourds fardeaux. Céline (Montreuil, 93)

 

Prier toutes les semaines dans le cadre de cette association a transformé ma vie de prières ainsi que mon rapport à Dieu. Mon intimité avec lui s’est décuplée. Depuis, lui parler quotidiennement m’est devenu nécessaire, vital. Prier pour mes enfants, a été l’élément déclencheur pour que je lâche prise, sur leur vie. Amandine (Sérignan du Comtat, 84)

 

J’ai expérimenté au travers de la prière, le lâcher-prise. À plusieurs reprises, j’ai fait cette expérience dans la prière en disant : « Seigneur je lâche cette situation, j’abandonne, je capitule, je te fais confiance. » Et le Seigneur a agi. À l’image de l’aigle, qui apprend à ses petits à voler. La mère porte l’aiglon sur le dos, puis le bascule dans le vide afin qu’il apprenne à voler, le reprend un peu plus bas à nouveau sur le dos, jusqu’à ce qu’il vole tout seul. Les lâcher afin que Dieu prenne le relais. Maryline (Lillebonne, 76)

 

J’ai découvert Mères en Prière grâce à Internet, mais il n’y avait pas de groupe dans ma région. Ensuite j’ai lu le livre de Fern Nichols, et j’ai été encouragée par le témoignage d’une femme qui, comme moi n’avait pas d’autres mamans pour prier. Elle a décidé de prier selon les 4 étapes toute seule et Dieu lui a progressivement permis de trouver plusieurs mamans pour prier avec elle. J’ai donc fait comme elle pendant 18 mois. Et Dieu a conduit vers moi une femme que je n’avais plus vu depuis 10 ans et dont les enfants étaient scolarisés dans le même établissement que les miens ! Nous prions ensemble depuis 2 ans et demi maintenant ! Audrey (Loudun, 86)

Je suis une personne très anxieuse, je me fais du souci assez rapidement. J’ai 3 filles. Leur bonheur et leur bien être sont des priorités pour moi. Les remettre à notre Père Céleste chaque semaine, apporter aussi les enseignants et les écoles de nos enfants à nos prières me procure une paix incroyable. Annette (Sérignan du Comtat, 84)

 

Dès que j’ai un souci avec mon enfant, je prie dans le groupe plutôt que d’en parler et Dieu agit. Il a été guéri d’un tic terrible aux yeux. Nous avons prié le jeudi et le samedi, il n’avait plus rien. J’ai vu beaucoup de changements dans la vie de mon fils, dans son comportement autant que dans ses résultats scolaires. Milena (Antibes, 06)

 

Pour moi, c’est une heure exceptionnelle que nous passons dans la présence de notre Père, où nous ouvrons notre coeur ensemble, où nous apportons chacune une corbeille pleine de reconnaissances ou pleine de fardeaux. J’ai appris petit à petit à mettre toute ma confiance en Celui qui m’aime et qui m’a tout donné. Renée (Orange, 84)

 

Une de nos enfants, élève en 6ème, voit la bénédiction de Dieu sur sa vie malgré des difficultés physiques, sociales et des troubles d’apprentissage. Nous voulons exprimer ici notre joie et notre reconnaissance envers Dieu : Une mère prie pour ses enfants et Dieu bénit. Mais avec 2 mères ensemble, ou 3…c’est puissant ! Ingrid (Yvetot, 76)

 

Début janvier, j’ai commencé à monter un dossier médical pour renouveler les aides de mon fils. Pour cela, je devais faire remplir une évaluation scolaire par le lycée mais je n’arrivais pas à obtenir un rendez-vous avec la directrice adjointe. J’ai donc apporté ce sujet à notre groupe de mères en prière. Nous avons prié le verset Philippiens 4 :6 « Ne vous inquiétez de rien mais en toutes choses faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. » Ce même jour, la directrice m’a téléphoné pour fixer un rendez-vous. Sylvie (Lillebonne, 76)

 

Mon fils ne voulait plus ni de l’église, ni de Dieu, il sombrait dans la délinquance, fumait… Quant à ma fille, elle continuait à aller à l’église, mais était dans une période de grande révolte et c’était la guerre à la maison. Nous souffrions tous les trois. Dans cette période de tempête, le groupe de prière était mon oasis et mon soutien. Nous avons persévéré et au bout de 3 ans, Dieu est intervenu. Ma fille a commencé à changer : elle avait donné son cœur à Jésus. Peu de temps après, son frère tel le fils prodigue, revenait au Seigneur et à la raison. Ils se sont fait baptiser la même année. Aujourd’hui, ils aiment Dieu et le servent de tout leur cœur. Elisabeth (Antibes, 06)

 

Depuis que j’ai pris la décision de rejoindre Mères en Prière, beaucoup de choses ont changé dans ma vie… Ma fille de 15 ans qui rencontrait beaucoup de difficultés a changé complètement ; elle veut même prendre son baptême… Si nous voulons voir Dieu à l’œuvre dans la vie de nos enfants, nous les mamans, il faut que nous nous levions dans la prière. Johanna (Cergy, 95)

 

Le Seigneur a répondu à des besoins matériels : apaisement pour des examens scolaires, rétablissement rapide lors de maladies… Ces rencontres m’ont permis d’approfondir ma relation avec Dieu, ma relation à la prière. Nous formons un groupe uni dans lequel règne une grande confiance (notamment par rapport à la confidentialité des échanges), nous nous soutenons et nous encourageons mutuellement. Chaque combat devient le combat de toutes et chaque victoire, la victoire de toutes. Je vous encourage à faire le pas en avant pour débuter ce nouveau cheminement avec le Seigneur. Karine (Fourchambault, 58)

 

Prier pour son enfant, c’est lui faire prendre un bain (spirituel). Avec Mères en Prière, ma vision a changé. J’ai compris que je pouvais prier pour les choses qui ne vont pas mais aussi apprendre à remercier Dieu pour les réponses qu’Il m’apporte. Depuis, ma relation avec mes enfants a changé et je vois l’oeuvre de Dieu dans leur vie… Nanoune (Deuil La Barre, 95)

 

Avec les autres mères, nous avons prié ensemble pour nos enfants et cela m’a procuré une joie dans le Seigneur que je ne sais comment exprimer! Odette (Paris 20e)

 

La base de prière de Mères en Prière est vraiment source de transformation de la vie avec Dieu… Je suis émerveillée… Evelyne (Avignon, 84)

 

Ma mère a beaucoup prié pour moi et vraiment le Seigneur a agi dans ma vie. Je me sens bien. Il a éloigné de moi les personnes qui me nuisaient. Maintenant je peux me retrouver avec mes sœurs et prier à mon tour pour ma fille de 7 ans. Je suis consciente que j’ai encore beaucoup de trajet à faire mais ça y est ! Je suis sur le bon chemin… Mes sœurs peuvent témoigner de la « nouvelle Gladys » qu’elles ont découverte. Gwladys (Paris 10e)

 

Ensemble nous vivons de très belles choses depuis que nous avons démarré : les exaucements pour nos enfants, la mise en lumière de situations cachées pour certaines, une belle communion, solidarité et amitié entre nous et l’œuvre de Dieu dans chacune de nos vies et en particulier nos vies de prière. Mères en prière est source de bénédiction. Christelle (Fourchambault, 58)

 

Je vous encourage à rejoindre un groupe car des choses merveilleuses s’y passent… Comme la joie d’une mamie face à son petit-fils qui la regarde enfin dans les yeux, lui qui était né avec une pathologie très lourde à la naissance et qui était très mal voyant. Ça n’a pas de prix! Annie (Gonesse, 95)

 

La première réunion a été très forte pour moi. J’ai pleuré... Soyons des combattantes pour nos petits, que nous soyons mamans ou grands mères, nous devons les porter au trône de la grâce. Patricia (Cuffy, 18)

 

Quand j’ai commencé Mères en Prière, j’étais en conflit permanent avec mon fils. Ses excellentes notes n’empêchaient pas de gros problèmes de comportement et ses professeurs s’en plaignaient… Aujourd’hui, il est non seulement premier de sa classe, mais son comportement est exemplaire. A la maison, nous sommes en paix… Mères en Prière est une aide précieuse donnée aux parents pour leurs enfants mais également pour tout le corps enseignant. Valérie (Creil, 60)

 

Avec Mères en Prière, je suis consciente de participer avec l’aide de Dieu à la construction des enfants qu’Il nous confie… Dieu pense aussi à nous les mères : Il nous libère de l’incrédulité, la crainte, la résignation, la frustration, l’isolement… Christiane (Nevers, 58)